Posts Tagged actualite

When radio meets social media

Source: Ludovic Péron

Reading this article will give you a glimpse to how a Swiss media company succeeded in combining radio and social media. The company created an innovative program where social networks became the source of information.

When the Web 2.0 era first started pointing its nose in our lives, we mostly heard of the incompatibility between traditional media and social media. Today, I am more than ever convinced that both of them can go through life hand in hand. Why so?

By now, if you’re not living like a hermit – but then again if you are reading me right now, you are definitely not ! – you’ll have probably already witnessed the booming use of Facebook comments and tweets on your favorite television programs, no? Well, this practice is already widespread in the USA and  is starting to grow in France.

After the celebration of the wedding between television and Twitter, Radio Télévision Suisse (also called RTS) has been willing to provide us with a unique swiss union between the radio and social media. An innovative radio program came to light on February 2012: “En Ligne Directe“. The program is broadcasted on the channel “La Première” and is based on public participation via social media.

However, the radio being a non visual medium, how could such a combination of medias be possible? On the most simplest way. Yes, really! But one should have thought of that. Inspired by the program “Your Call” from the BBC Scotland radio, the idea of ​​RTS is to integrate social media with a radio program thanks to a multimedia team and a facilitator who manages everything together. 

Concretely, “En Ligne Directe” is a radio program that will deal, on a day to day basis, with hot issues (either local, national or international) in the form of a debate during which the audience participates. “But the debate is not a new concept “, you say? In fact, what is new in this program is that listeners and Internet users can take part in the debate, not only by telephone but also via social media.

Every evening, one of the program presenters publishes a question to the audience on Twitter, Facebook and on En Ligne Directe‘s mobile application. This question will be the topic discussed on air the next morning.

Internet users can then share their opinions and/or discuss the topic of the day on these social networks. The host of “En Ligne Directe”, Magali Philip, will also take an active part in discussing the topics on the social networks, and this until 10.30pm. She collects the opinions of Internet users posted on social networks.

In parallel, the public also has the possibility to record a voice message via the “En Ligne Directe” mobile application which allows them to send their opinion to the Radio program.

The show is broadcasted every day from 8am to 8.30 am. During those 30 minutes on air, the facilitator summarizes the discussions that took place during the previous evenings on social networks. She also cites comments made by users, and broadcasts few collection of voice messages sent from the mobile application. The program gives the opportunity to listeners that call the studio to have their voice and opinion heard on air. If you click on the following link, you will find a video report realized by RTS about “En Ligne Directe” explaining how the program works. (Video only available in French. Sorry for those who do not understand french).

The combination of all these ingredients is a successful recipe: it gathers 210,000 daily listeners. If you have always dreamt to speak up and give your opinion publicly as well as a fervent news follower, then this program is made for you ! It gives the public the opportunity to take part in the public debate and to contribute to the realization of information (i.e. the idea of ​​citizen journalism).

Source: unknown

That’s a good concept for the public, but not only! This program also has benefits for the RTS company. It allows the company to evolve along with social media while taking advantage from them. Indeed, for “En Ligne Directe” social media are not only a source of audience for the program’s web platforms, but also for all the media channels of the company (TV channels, radio channels, Website, etc.). More precisely, the debates taking place on “En Ligne Directe” program are the opportunity to invite Internet users and listeners to learn more about topics treated and in this way it encourages the public to use the information provided by RTS in its various channels.

Source: RTS

So this is the way how RTS operates to take advantage of social media – marrying social media with classical media in order to catch the audience attention and staying along with Web 2.0 developments.

Being myself keen on following the latest and “hottest” news, I was excited about the whole concept of the show. However, as all of us out there, I am a terribly busy person and I do not have the time to participate in the debates on social medias. Therefor, no time to listen to the radio at 8am. Although, this is not a problem! The RTS has a solution for every situation! If you can also describe yourself as an extremely busy person, get yourself on Storify as soon as you have a few minutes off your crazy life, and read the discussions’ summary where you will find the best comments and tweets.

So now we know the theory about this innovative media concept, you are probably asking yourself: « In practice, is that complicated? ». The answer is « Not at all » ! The only requirements are: having a phone or Smartphone… but who doesn’t own one nowadays? And being motivated in giving your opinion on a topic, of course!

So, you, dear reader, will you dare in taking part to a debate with all those exciting possibilities to express yourself ?

Advertisements

, , , , , , , , , ,

2 Comments

La tragédie humaine : Comment en parler ?

  Camp de Korem. Ethiopie. 1984

« La pauvreté, on s’en remet. La misère c’est une chose atroce, qui coupe les jambes et la tête.

La misère, elle est tragédie » Michel Ragon

Sebastião Salgado : De la réalité à l’art. Né au Brésil en 1944. Photographe engagé,  il a parcouru plus de 100 pays pour dénoncer les injustices et présenter la réalité en noir et blanc dans un profond réalisme magique.

Reportage photographique de 1984 à 1985 au Sahel publié dans plusieurs journaux internationaux : L’opinion publique prend connaissance d’une manière inédite de la sècheresse, de l’exode de la population rurale et de la guerre civile provoquée par la famine.  Une région qui, encore de nos jours connaît la sous-alimentation extrême.  L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le FAO fait un appel urgent pour réagir à cette crise alimentaire.

Reportage photographique au Sahel

1984, cette région d’Afrique subit une  sécheresse des plus désastreuses ainsi qu’une famine qui tuera plus d’un million de personnes et conduira à l’exode de milliers d’autres. Salgado, un des photographes documentaires les plus célèbres de tous les temps, photographie cette cruelle réalité dans la plus grande beauté artistique. Sa  photo «Camp de Korem. Ethiopie »  ci-dessus, artistiquement,  est un exemple de pièce d’art presque biblique, anachronique, impossible à situer dans un moment historique.  Sous cette lumière qui pénètre entre la nature et autour de cet arbre ancestral, se trouvent  des centaines de personnes dont la souffrance est immesurable.  Les photographies de Salgado ont la caractéristique de réunir deux mondes apparemment opposés : la tragédie et l’art.

Pour connaître sa biographie et tous ses travaux, visiter le site Internet : http://www.amazonasimages.com/

Instrumentaliser la misère pour créer de l’art?

Il y a d’une part, ceux qui revendiquent « l’art pour l’art », postulant l’autonomie de l’art  et rejetant tout engagement social ou politique, valorisant ainsi le caractère poétique de celui-ci. D’autre part, il y a ceux qui défendent « l’art pour le changement social » où l’art serait un instrument pour le changement de la société, et par lequel l’artiste est appelé à réagir et être un acteur précurseur de changements.

Salgado explique que ses photographies sont une manière de présenter le monde, dont la réalité n’est pas en noire ou en blanc,  mais un amalgame infini de gris. Où parmi la misère, il  peut  y avoir la beauté  et parmi la richesse, il  peut y  avoir la monstruosité. Salgado explique  dans une interview « Dans le monde où nous vivons, nous sommes tous concernés, nous ne pouvons pas fermer les yeux, ne pas participer à un changement, et la photographie est un langage qui nous aide à comprendre le monde, elle n’a pas besoin de traduction, elle est universelle »… . UC Berkeley Graduate School of Journalism présente une conférence dédiée à Sebastiao Salgado où il est question de son art, ses inspirations et sa manière de concevoir et interpréter le monde.

Comment parler d’exil, de faim, de misère dans les médias?

Le mandat, la responsabilité des journalistes est d’être des porte-paroles des plus démuni(e)s, de faire connaître au public des réalités lointaines, et participer à la compréhension du monde. Et  pour les plus héroïques, lutter pour  un  changement social. Aux journalistes, chiens de  garde de la société, défenseurs de la démocratie, de la liberté d’opinion, et d’une utopique objectivité, une question se pose : Comment présenter la faim à ceux qui comme vous ont l’estomac bien rempli ?

Salgado a choisi  de le faire avec des photographies solennelles. Certains pensent que son  travail est abstrait,  s’approchant plus du travail artistique que journalistique. D’autres pensent qu’il a une manière propre d’interpréter les faits, générant un impact  sur la société, la sortant de son impassibilité quotidienne pour la mener dans un monde où se marient horreur et beauté, avec une subtilité magistrale.

Est-ce qu’il existe une manière correcte de parler de la misère humaine ? Il n’existe certainement pas une manière politiquement correcte de faire. Il existe un protocole, un cadre déontologique à respecter : raconter véridiquement les faits, être rigoureux, faire recours à plusieurs sources, confirmer et contraster les informations  etc. Il y a des guides pratiques qui expliquent tout cela.  Pourtant, il est plus complexe de choisir la forme, la tonalité, l’émotion, l’angle, la manière de présenter la réalité, la souffrance et joie des autres, surtout quand personne n’aime voir ni entendre parler de la misère.

La famine, sujet d’actualité

Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations-Unies pour le Droit à l’alimentation de 2000 à 2008 explique dans son dernier livre : « Toutes les cinq secondes un enfant de moins de dix ans meurt de faim, tandis que des dizaines de millions d’autres, et leurs parents avec eux, souffrent de la sous-alimentation et des terribles séquelles physiques et psychologiques. Et pourtant, l’agriculture aujourd’hui serait en mesure de nourrir normalement 12 milliards d’êtres humains. Soit près du double de la population » (Destruction Massive, géopolitique de la faim, 2011).

La manière de présenter la tragédie de la famine est sans doute un questionnement obligé : La famine est de loin la principale cause de mort de déréliction dans le monde. Mourir de faim est extrêmement douloureux, une longue agonie qui entraîne des souffrances physiques et psychiques intolérables.  Les médias ont donc l’obligation de parler constamment, infatigablement,  et de toutes les manières possibles d’une des plus grandes  causes de mortalité dans le monde : la faim.

«Aujourd’hui, un enfant mort de faim, est un enfant assassiné » Jean Ziegler.

Si vous souhaitez rester informé à ce sujet, comprendre ou agir pour lutter contre la faim dans le monde, suivez les mouvements : En finir avec la faim ou SOS Faim.

Que pensez-vous des photographies de Salgado ?

Pensez-vous que les médias parlent assez de la famine dans le monde ?

Avez-vous des idées pour lutter contre la faim ?

« El mundo nada puede contra un hombre que canta en la miseria ».

«  Le monde ne peut rien faire contre un homme qui chante parmi la misère »

Ernesto Sabato

Violeta Ferrer

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

25 Comments