Mai 2012, la grève étudiante s’embrase au Québec

Des dizaines de milliers d’étudiants québécois sont en grève illimitée depuis février. Ils dénoncent la hausse des frais de scolarité annoncée en mars 2011 par le Premier Ministre du Québec Jean Charest et crient leur colère dans les rues. La classe politique a répondu le 18 mai avec la loi 78, qui encadre drastiquement le droit de manifester. Une loi dénoncée par la section québécoise d’Amnesty International, tandis que le Barreau du Québec « formule de sérieuses inquiétudes » à son égard. Cherchant à étouffer le mouvement estudiantin, la nouvelle loi l’a attisé. La crise s’est intensifiée et le sujet prend de l’importance dans les medias étrangers.

Une amie vivant à Montréal a posté son mécontentement sur Facebook. J’ai ouvert les yeux sur l’ampleur de ce mouvement au Québec. Cliqué et recliqué sur les pages de ses amis, révoltés eux aussi.

Image

De nombreuses photos et vidéos des manifestations sont partagées sur les réseaux sociaux, comme cette vidéo de la chaîne de télévision anglophone russe RT:

Et cette vidéo amateur:

Le 14 mai sur Twitter, le journaliste de Radio-Canada Pierre Duchesne décrit la crise étudiante comme une crise politique majeure, suite à la démission de la Ministre de l’Education Line Beauchamp.

Image

Des milliers de tweets son consacrés au mouvement. Parmi les hashtags les plus importants: #grève2012, #loi78, #ggi, #manifencours. Autre point de vue avec le service de police de la Ville de Montréal, qui a son compte Twitter: @SPVM. Et cette « grève étudiante québécoise de 2012 » a déjà son article Wikipédia, précisant qu’il s’agit d’un « événement en cours ».

Le mouvement étudiant est pour sa part bien organisé sur le net. Les associations d’étudiants ont leur site dédié à la révolte, à l’image de la CLASSE, organisation étudiante de type syndical, alors qu’un(e) étudiant(e) anonyme a créé un site de référence, www.greve2012.org.

La révolte est relayée depuis des semaines par les médias québécois. Le mouvement grandit sur le terrain, de même que le nombre d’arrestations, faisant grimper le sujet dans la hiérarchie des médias professionnels étrangers. Le 21 mai par exemple, le « mouvement étudiant » fait la une du journal en ligne Mediapart.

Image

Mais comment définir cette crise, qui a pris de l’ampleur? « Entre la mobilisation et l’émeute, la frontière est de plus en plus floue » analyse une journaliste de TV5monde, commentant une vidéo de la manifestation du samedi 19 mai.

Dimanche soir 20 mai, ce sont 300 étudiants qui ont été arrêtées à Montréal (voir le site de Radio-Canada ou du Huffington Post Québec), le mouvement appelle néanmoins à une grande manifestation le 22 mai dans la ville, notamment via Facebook.

Et pour finir ce tour d’horizon, “Un grand tonnerre”, une lettre adressée aux étudiants grévistes de Christian Nadeau, professeur en philosophie à l’université de Montréal:

 

Julie Liardet

, , , ,

  1. #1 by Marie-Noëlle Wurm on May 21, 2012 - 19:58

    merci de ce bel article!! Cela fait plaisir qu’ailleurs au Québec, on en parle!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: