La démocratie, le combat de “The Lady”

« Ce n’est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur : la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l’exercent, et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime… »

Cette citation provient d’un des discours les plus connus d’Aung San Suu Kyi. Née le 19 juin 1945 à Rangoon, cette militante est la figure de l’opposition non-violente à la dictature militaire birmane. Après avoir étudié en Grande-Bretagne, Suu Kyi retourne au Myanmar en 1988.  Elle entre alors en politique afin de travailler pour la démocratisation du pays et participe à la fondation de la Ligue Nationale pour la Démocratie  (LND). Elle en devient la première secrétaire générale et un symbole du désir populaire pour la liberté politique.

En 1990, la junte militaire, sous la pression populaire, met en place des élections générales. Ces élections sont gagnées très largement par le parti de Suu Kyi. Alors qu’elle doit prendre le poste de premier ministre, la junte militaire refuse le scrutin et annule le résultat des élections. Soutenue par la communauté internationale, Suu Kyi reçoit le prix Nobel de la Paix en 1991.

Le 13 novembre 2010, Aung San Suu Kyi est libérée, après avoir passé quinze ans dans sa résidence sous surveillance permanente. Le même mois, son parti boycotte les élections législatives, les premières depuis la victoire de 1990. En novembre 2011, Suu Kyi a annoncé qu’elle briguerait un siège au Parlement lors d’une prochaine élection législative partielle. La Ligue nationale pour la démocratie (LND) a décidé de revenir dans la légalité et de présenter des candidats dans quarante-huit élections partielles.

En novembre toujours, le film ” The Lady” est sorti dans les salles de cinéma. Ce film de Luc Besson raconte l’histoire d’Aung San Suu Syi. Alors que le tournage se déroulait en Thaïlande, l’équipe a eu la nouvelle tout à fait inattendue de sa libération. Selon Besson, “on a d’abord été très heureux, puis déstabilisés, car on faisait ce film pour contribuer à sa libération – et on apprenait qu’elle était libérée avant la fin du tournage”, explique-t-il. Malgré l’idée initiale d’abandonner le film, l’équipe a décidé de poursuivre le projet, notamment à cause du manque de liberté toujours imposé à l’activiste, qui n’a pas obtenu l’autorisation de revenir dans son pays si elle venait à le quitter. L’actrice Michelle Yeoh a été la seule autorisée dans le territoire birman et à parler à Aung San Suu Kyi.

Depuis un an, le paysage politique au Myanmar s’est transformé. La junte a cédé la place à un régime contrôlé par l’armée mais à la tête duquel le président Thein Sein a multiplié les réformes. Il espère sortir de l’isolement international qui épuise le pays. Le président a salué le retour d’Aung San Suu Kyi sur l’échiquier politique national.

Le 1er décembre 2011 , Aung San Suu Kyi, espérant que la démocratie finirait par arriver dans son pays, a accueillie Hilary Clinton dans la maison où elle a été enfermée pendant des années. La secrétaire d’Etat américaine a noté avoir vu des “ouvertures” lors de ce voyage de trois jours qui lui a donné “quelques motifs d’encouragement”. Les deux femmes ont exprimé leurs inquiétudes concernant , d’une part, l’emprisonnement de personnalités politiques et d’autres parts, les violations des droits de l’Homme dans les zones où les minorités ethniques se battent pour plus d’autonomie et de droits depuis des décennies.

Comme l’explique cet article, le Conseil des Droits de l’Homme  a adopté en mars dernier une résolution concernant la situation des droits humains au Myanmar. Cette résolution vise le gouvernement birman afin de garantir le plein exercice des droits et des libertés fondamentales de tous les habitants du pays.

Quelles sont les solutions pour améliorer la condition des droits humains au Myanmar ? Le film “The Lady” peut-il éveiller l’opinion publique sur la situation? La démocratie pourra-t-elle être instaurée un jour dans le pays ?

N’hésitez pas à soumettre votre opinion ou vos idées!

, , , , ,

  1. #1 by Gaelle on December 11, 2011 - 10:35

    Magnifique article. Le film “the Lady” peut à coup sûr éveiller l’opinion publique sur la situation politique au Myanmar. Pour le grand public, un film vaut 100 textes, surtout sur un sujet qui lui est inconnu. Le tout est que les gens aillent voir le film !
    Concernant les deux autres questions soulevées, je crois qu’elles ne relèvent pas du grand public, mais de spécialistes dans le domaine, ou d’un public averti et informé à ce sujet. Je ne peux personnellement pas y répondre…
    Dans tous les cas, excellent article qui m’a appris beaucoup de choses, et qui me convint de voir “The Lady”.

  2. #2 by mzellepika on December 11, 2011 - 18:52

    Je continue d’espérer que la situation au Myanmar puisse un jour s’améliorer. Par contre, je ne pense pas que le film de Besson change la donne. J’ai été très étonnée de constater qu’il s’intéressait à un tel sujet. Aung San Suu Kyi est-elle si bankable?

  3. #3 by mart on December 11, 2011 - 19:43

    C’est une femme absolument exceptionnelle dont le combat pour la démocratie inspire le respect le plus total et c’est une bonne chose que le cinéma s’intéresse à son histoire.

  4. #4 by dandresg on December 13, 2011 - 10:32

    Les films sur des personnes aussi engagées sont souvent dotés d’une grandeur dramatique et souvent très émouvants. De plus, on devrait saluer cette manière de rendre hommage à ceux qui tentent de rendre le monde meilleur.

  5. #5 by angel on December 13, 2011 - 10:33

    Totalement d’accord avec Gaelle, j’irai voir le film c’est sûr!

  6. #6 by matthieuhenguely on December 13, 2011 - 11:03

    Encore un exemple que le cinéma peut aussi être engagé. Et il y a de quoi dire avec un pareil sujet. Cette lady est exemplaire, elle mérite amplement la reconaissance internationale qu’elle a.

    Et en plus, de pareilles situation, ça fait souvent des beaux films! 😉

  7. #7 by lacesse on December 15, 2011 - 11:45

    super intéressant, merci

  8. #8 by dolinecha on December 15, 2011 - 13:51

    Effectivement, les films sont génialissimes pour changer et sensibiliser l’opinion publique. Et je trouve excellent que de grands noms, comme dans The Lady, se décident à étudier ce genre d’histoires, vraies, poignantes et qui peuvent changer quelque chose à la situation.
    Mais en fait… est-ce qu’on a des exemples de films qui ont vraiment fait changer une situation terrible?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: