La tragédie humaine : Comment en parler ?

  Camp de Korem. Ethiopie. 1984

« La pauvreté, on s’en remet. La misère c’est une chose atroce, qui coupe les jambes et la tête.

La misère, elle est tragédie » Michel Ragon

Sebastião Salgado : De la réalité à l’art. Né au Brésil en 1944. Photographe engagé,  il a parcouru plus de 100 pays pour dénoncer les injustices et présenter la réalité en noir et blanc dans un profond réalisme magique.

Reportage photographique de 1984 à 1985 au Sahel publié dans plusieurs journaux internationaux : L’opinion publique prend connaissance d’une manière inédite de la sècheresse, de l’exode de la population rurale et de la guerre civile provoquée par la famine.  Une région qui, encore de nos jours connaît la sous-alimentation extrême.  L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le FAO fait un appel urgent pour réagir à cette crise alimentaire.

Reportage photographique au Sahel

1984, cette région d’Afrique subit une  sécheresse des plus désastreuses ainsi qu’une famine qui tuera plus d’un million de personnes et conduira à l’exode de milliers d’autres. Salgado, un des photographes documentaires les plus célèbres de tous les temps, photographie cette cruelle réalité dans la plus grande beauté artistique. Sa  photo «Camp de Korem. Ethiopie »  ci-dessus, artistiquement,  est un exemple de pièce d’art presque biblique, anachronique, impossible à situer dans un moment historique.  Sous cette lumière qui pénètre entre la nature et autour de cet arbre ancestral, se trouvent  des centaines de personnes dont la souffrance est immesurable.  Les photographies de Salgado ont la caractéristique de réunir deux mondes apparemment opposés : la tragédie et l’art.

Pour connaître sa biographie et tous ses travaux, visiter le site Internet : http://www.amazonasimages.com/

Instrumentaliser la misère pour créer de l’art?

Il y a d’une part, ceux qui revendiquent « l’art pour l’art », postulant l’autonomie de l’art  et rejetant tout engagement social ou politique, valorisant ainsi le caractère poétique de celui-ci. D’autre part, il y a ceux qui défendent « l’art pour le changement social » où l’art serait un instrument pour le changement de la société, et par lequel l’artiste est appelé à réagir et être un acteur précurseur de changements.

Salgado explique que ses photographies sont une manière de présenter le monde, dont la réalité n’est pas en noire ou en blanc,  mais un amalgame infini de gris. Où parmi la misère, il  peut  y avoir la beauté  et parmi la richesse, il  peut y  avoir la monstruosité. Salgado explique  dans une interview « Dans le monde où nous vivons, nous sommes tous concernés, nous ne pouvons pas fermer les yeux, ne pas participer à un changement, et la photographie est un langage qui nous aide à comprendre le monde, elle n’a pas besoin de traduction, elle est universelle »… . UC Berkeley Graduate School of Journalism présente une conférence dédiée à Sebastiao Salgado où il est question de son art, ses inspirations et sa manière de concevoir et interpréter le monde.

Comment parler d’exil, de faim, de misère dans les médias?

Le mandat, la responsabilité des journalistes est d’être des porte-paroles des plus démuni(e)s, de faire connaître au public des réalités lointaines, et participer à la compréhension du monde. Et  pour les plus héroïques, lutter pour  un  changement social. Aux journalistes, chiens de  garde de la société, défenseurs de la démocratie, de la liberté d’opinion, et d’une utopique objectivité, une question se pose : Comment présenter la faim à ceux qui comme vous ont l’estomac bien rempli ?

Salgado a choisi  de le faire avec des photographies solennelles. Certains pensent que son  travail est abstrait,  s’approchant plus du travail artistique que journalistique. D’autres pensent qu’il a une manière propre d’interpréter les faits, générant un impact  sur la société, la sortant de son impassibilité quotidienne pour la mener dans un monde où se marient horreur et beauté, avec une subtilité magistrale.

Est-ce qu’il existe une manière correcte de parler de la misère humaine ? Il n’existe certainement pas une manière politiquement correcte de faire. Il existe un protocole, un cadre déontologique à respecter : raconter véridiquement les faits, être rigoureux, faire recours à plusieurs sources, confirmer et contraster les informations  etc. Il y a des guides pratiques qui expliquent tout cela.  Pourtant, il est plus complexe de choisir la forme, la tonalité, l’émotion, l’angle, la manière de présenter la réalité, la souffrance et joie des autres, surtout quand personne n’aime voir ni entendre parler de la misère.

La famine, sujet d’actualité

Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations-Unies pour le Droit à l’alimentation de 2000 à 2008 explique dans son dernier livre : « Toutes les cinq secondes un enfant de moins de dix ans meurt de faim, tandis que des dizaines de millions d’autres, et leurs parents avec eux, souffrent de la sous-alimentation et des terribles séquelles physiques et psychologiques. Et pourtant, l’agriculture aujourd’hui serait en mesure de nourrir normalement 12 milliards d’êtres humains. Soit près du double de la population » (Destruction Massive, géopolitique de la faim, 2011).

La manière de présenter la tragédie de la famine est sans doute un questionnement obligé : La famine est de loin la principale cause de mort de déréliction dans le monde. Mourir de faim est extrêmement douloureux, une longue agonie qui entraîne des souffrances physiques et psychiques intolérables.  Les médias ont donc l’obligation de parler constamment, infatigablement,  et de toutes les manières possibles d’une des plus grandes  causes de mortalité dans le monde : la faim.

«Aujourd’hui, un enfant mort de faim, est un enfant assassiné » Jean Ziegler.

Si vous souhaitez rester informé à ce sujet, comprendre ou agir pour lutter contre la faim dans le monde, suivez les mouvements : En finir avec la faim ou SOS Faim.

Que pensez-vous des photographies de Salgado ?

Pensez-vous que les médias parlent assez de la famine dans le monde ?

Avez-vous des idées pour lutter contre la faim ?

« El mundo nada puede contra un hombre que canta en la miseria ».

«  Le monde ne peut rien faire contre un homme qui chante parmi la misère »

Ernesto Sabato

Violeta Ferrer

About these ads

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

  1. #1 by Vaness on November 22, 2012 - 04:11

    Bel article

    Non les médias ne parlent pas assez de faim dans le monde, meme si ces derniers temps, avec la thématique du gaspillage alimentaire, on remarque une certaine prise de conscience.

    Il faudrait une meilleure repartition des richesses, de meilleures politiques , de la prévoyance ( dans les pays souffrant de grandes secheresses), de l’innovation pour lutter contre la faim dans le monde.

  2. #2 by Diane on November 22, 2012 - 10:18

    Est-ce que l’on peut dire que Salgado est un artiste? Ou seulement photojournaliste? Ce qui est clair, c’est que ses images sont empruntes d’une esthétisation qui lui est propre, et qu’elles portent sa “signature d’auteur”. Mais est-ce qu’il repousse plus loin les frontières de l’image documentaire? Ses photos dérangent car l’esthétisation de la misère pose un problème éthique. Est-ce que c’est respectueux de la présenter ainsi? Ou est-ce que c’est “mal pour un bien” que l’on oublie parce que c’est important de parler du sujet? Personnellement, je trouve que les photos de Salgado en tant qu’objets formels sont remarquables, mais quant à ce qui se cache derrière, je ne suis pas sûre d’adhérer…

  3. #3 by jarry.mat@hotmail. on November 22, 2012 - 10:22

    Personnellement, je me pose une question assez glauque et pessimiste mais qui je pense est légitime: a-t-on réellement envie d’éradiquer la faim dans le monde? J’ai plutôt l’impression qu’on en parle d’un point de vue occidental, de manière à se rassurer les uns les autres en se disant qu’on en prend conscience et qu’on essaie d’agir. Mais il est pour moi certain que l’on pourrait faire nettement davantage si les grands de ce monde le souhaitaient vraiment, sans pour autant que ça n’atteigne leurs propres intérêts.

    Bref, vaste question…

  4. #4 by Ingrid on November 22, 2012 - 16:54

    La photographie artistique peut faire un grand effet et avoir un impact sur les sensibilités

  5. #5 by cecile on November 22, 2012 - 16:57

    On entends assez de mauvaise nouvelles dans la presse de nos jours, la misère humaine et la famine y est présente

  6. #6 by Monica on November 22, 2012 - 16:59

    difficile de fermer les yeux devant ces images et cette réalité

  7. #7 by Pili on November 22, 2012 - 17:02

    Ce que j’ai le plus apprécié de cet article est la citation de Ziegler, cet auteur est LA référence pour comprendre la problématique en question

  8. #8 by Monik on November 22, 2012 - 17:42

    the “beauty” of Salgado’s photographs generates me a contradictory feeling as to the relationship with the place and reality. Why beauty prevail, when the art itself must be true no matter how hard?, The truth is the soul of art and that’s beautiful. The excess of decorum, stage or epificar a reality for me is excessive and inconsiderate action.
    There are many issues that are silent today, unfortunately the media are becoming less free to speak the truthluckily parallel occurs in our era, many other ways in which we all have word.
    Rather than deal with a topic it is addressing a need, doing more than talking.

  9. #9 by francesca on November 22, 2012 - 19:00

    Un ami m’as raconté hier de comment il a produit 3 kg de confiture de banane gratuitement. Il s’est simplement rendu dans les point de récolte des produits que la Migros ne peut plus vendre car en voie de “pourrissement”. C’est banane étaient, de plus, de Max Havelaar. Je penses que cet anecdote justifie entièrement l’intérêt de cet article. La famine dans le monde est le sujet dont tout le monde connais quelque chose et personne n’as le courage de parler. C’et honteux pour nous toutes et tous, malheureusement. Moi, personnellement, je me suis sentie stupide d’avoir payé des bananes jusqu’à présent. Comme je me suis sentie stupide en pensant de vivre dans un monde où même des produits qui sont censé respecter les règles du commerce équitable terminent leur course dans la poubelle.

    Je penses donc qu’il faudrait plus d’articles comme celui-ci, car peut-être, tôt ou tard on arrêtera de se sentir uniquement stupide et on commencera à agir pour se sentir corrects. Donc, la photo de Salgado est peut-être controversée car nous rappelle la limite du comportement humain?

  10. #10 by Cata on November 23, 2012 - 08:12

    Personnellement je n’aime pas le style de Saldago mais je pense que tous les moyens sont bons pour faire connaitre cette réalité au public

  11. #11 by Charlotte on November 23, 2012 - 17:21

    Merci pour ce sujet dont on ne parle pas assez. En effet, lorsque les journaux ou les télévisions nous informent d’une famine, c’est toujours de manière très brève et trop peu construite. Ce genre de drame se déroulent quotidiennement, mais nous ne recevons pas suffisament d’informations en Europe. Que savons-nous de la situation des camps de réfugiés au Nord Kivu, ou en Syrie?

    A mon avis l’art est une bonne manière de dénoncer cela, et de rendre le public attentif. Je ne pense pas que Saldago se sert de la misère pour son art, il parvient à ajouter un côté artistiques à ses clichés, même si la souffrance reste toujours en arrière plan.

    Un élément important est que notre planète produit suffisament de denrées alimentaires pour nourrir l’ensemble des êtres humains. C’est bel et bien encore une fois un problème de répartition des richesses.
    Cet article nous permet de nous questionner sur notre propre rapport face au gaspillage de nourriture: est-ce que nous jetons de la nourriture parfois? Comment faire pour éviter le gaspillage? Comment réagir face aux grands supermachés suisses qui refusent de donner les produits dont la date de péremption s’approche, et qui préfèrent jeter de la nourriture au lieu de la distribuer? Quelles actions pourrions-nous entamer afin de voir un changement de pratiques dans ce domaine?

    Voilà, cet article permettrait de réfléchir encore à beaucoup d’aspects de la question, notamment comment lutter contre des gouvernements corrompus qui détournent l’aides destinée aux personnes dans le besoin, ou comment agir à plus long terme afin de prévenir et d’éviter les famines dans le futur… merci pour ces pistes de réflexions.

  12. #12 by cheyenne5030 on November 23, 2012 - 21:54

    Es la ley de la selva, la ley del más fuerte… sólo los más fuertes sobrevivirán. Terrible.

  13. #13 by Pili on November 25, 2012 - 11:15

    Bravo pour cet article. Les photos de Salgado sont excellentes, poétiques. Je fais partie du groupe des amis de Salgado sur Facebook. C’est intéressant, car vous pouvez connaître les dernières publications.

  14. #14 by Juanita on November 25, 2012 - 19:31

    Je trouve très bien cet article et les photos de Salgado. Ils sont importants. Je pense qu’actuellement nous ne parlons pas suffisamment de la famine dans le monde et surtout de ses véritables causes. Comment est-il possible de gaspiller des tonnes de nourriture quand au même temps centaines de personnes meurent peu à peu par inanition? En ce moment, nous avons accès à autant d’information que le rôle des médias devrait informer et surtout expliquer au public cette réalité, ses causes et ses conséquences.

  15. #15 by Henry on November 25, 2012 - 19:40

    Salgado est sans doute un excellent photographe, mais alors que son travail soit vraiment du journalisme, ça je ne sais pas. De tout façon il est intéressant de tomber sur des articles comme celui-ci, même si le sujet est un peu lourd, c’est une réalité que nous ne pouvons pas oublier ou ignorer.

  16. #16 by María on November 25, 2012 - 20:36

    je pense qu’il est nécessaire de montrer ces personnes qui vivent actuellement dans la misère. Cette misère est causé par le système qui est mis en Place par l’occident et c’est nous qui en profitons. Par conséquent, on se doit d’au moins être informé sur ce que nous sommes entrain de produire dans le reste du monde.

  17. #17 by Jacob on November 25, 2012 - 21:55

    Je pense qu’il est difficile en occident de prendre conscience que des personnes meurs de fin ailleur dans le monde. Peut être que des campagnes de sensibilisation, plus proche de l’horreur du problème, par les images, dans le média, Pourraient aidé à se sentir concerné.

  18. #18 by ruffiner Nelson on November 25, 2012 - 22:06

    sujet intéresant. à l’heure où les multinationales se braquent sur leurs business et les gouvernements fuient leurs responsabilités en s’ associant avec les premières

  19. #19 by yohana mendez on November 25, 2012 - 22:12

    Je suis convaincue que l’art est un excellent support pour parler des choses importantes; pour changer le monde. bravo pour cette article qui mélange des enjeux geopolitiques et la militance d’un artiste.

  20. #20 by Matt on November 25, 2012 - 22:23

    Assez paradoxalement peut-être, j’ai l’impression que la belle photo peut justement alerter plus facilement l’opinion sur un sujet ou un autre. C’est un genre d’icône qui va peut-être pouvoir fédérer le public derrière un sujet. Un photo cra-cra ou violente, les lecteurs se la cacheront, ne la regarderont pas. Une photo telle que la première de l’article au contraire. Et la violence qu’elle renferme vient ensuite, renforçant justement le message qu’elle peut faire passer.
    Un tel travail photographique a son importance, même si ce n’est qu’une partie de travail d’information que l’on peut attendre des médias en général.

  21. #21 by Rickson Bike on January 18, 2013 - 11:24

    En règle générale, la photographie parle beaucoup, cet article en est la démonstration. Il en bon parfois de rappeler que nous assez privilégié et que dans certains endrois du monde les gens luttent pour se nourrir.

  22. #22 by Zabiegi Na twarz Warszawa on July 15, 2013 - 12:44

    Everything is very open with a precise clarification of the challenges.

    It was truly informative. Your website is very useful.
    Thank you for sharing!

  23. #23 by anabolisants legaux on February 11, 2014 - 12:52

    I know this web site provides quality depending posts and extra data, is there any other web
    site which presents such data in quality?

  24. #24 by 3 Days to Kill Telecharger on March 6, 2014 - 19:43

    Hi, always i used to check web site posts here early in the daylight, because i love to gain knowledge of more and more.

  1. La tragédie humaine : Comment en parler ? « cheyenne5030

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 74 other followers

%d bloggers like this: